Page d'écriture

Page d'écriture est un poème de Jacques PRÉVERT, extrait du recueil Fatras.
Ce poème a fait l'objet d'une réalisation artistique dans le cadre du 1% culturel, lors de la construction du collège Jacques Prévert des Arcs-sur-Argens. Il s'agit d'une inscription, sur le mur-rideau du hall d'entrée du collège, réalisée par sablage du verre. Artiste: anonyme.

















Prolongement pédagogique:
 
Plusieurs travaux ont été réalisés par les élèves pour mettre en scène cette oeuvre:
- Niveau 6ème: dans le cadre de l'accompagnement personnalisé, les élèves ont pris l’œuvre en photo et vidéo de façon à traduire les transformations et les mouvements de l'oiseau lyre qui figurent dans le poème de Prévert. Ensuite les élèves ont réalisé des livres-objet en relation avec ce poème puis les ont accroché pour former une installation, sur la terrasse de la salle d'Arts Plastiques.




- Niveau 5ème : une classe qui travaillait sur la notion de portrait et d'identité, en lien avec une intervention de  l'association Horizon Multimédia (pour prévenir les risques liés à l'usage d'internet) a utilisé la surface de verre pour brouiller la perception du modèle .

























- Niveau 3ème: Les élèves devaient mettre en scène la dématérialisation du mur rideau (non porteur), en jouant avec les reflets et transparences du verre. Séance en lien avec l'étude de l'architecture moderne de Le CORBUSIER.


Architecture du collège Jacques Prévert

Fiche d'analyse :
COLLEGE Jacques PRÉVERT, les Arcs-sur-Argens
Architecte : Frédéric PASQUALINI
Date de construction : 1998
La façade affirme l’horizontalité des corps de bâtiment, entrecoupée par la verticalité des piliers, crée un jeu rythmique horizontal/vertical.
Dans la cour intérieure, un amphithéâtre semi-circulaire rappelle la particularité du collège, à savoir la présence d’une salle de théâtre dans les locaux.


















L’expression architecturale, héritière de la tradition rationaliste, affirme la présence des éléments constructifs (ex : les piliers apparents). Le décor semble réduit au jeu des matériaux (béton, verre, bois) et à leur couleur d’origine. Pourtant, les variations rythmiques des ouvertures orthogonales créent une composition discrète et élégante ; et l’omniprésence du verre contribue à une certaine dématérialisation (ex : mur de verre du CDI).




La multiplicité et la diversité des ouvertures - qui vont de la fenêtre vitrée aux grands murs rideaux, en passant par les ouvertures sous plafond - se plient aux exigences fonctionnelles, tout en créant un subtil jeu d’éclairages directs et indirects. Du coup, les espaces intérieurs bénéficient d’une grande luminosité.


La distribution des espaces intérieurs se fait par de grands couloirs lumineux qui traversent les 2 corps de bâtiment principaux, disposés à angle droit. Cela permet, d’ouvrir de grandes perspectives qui donnent l’impression d’un  édifice spacieux, et cela facilite aussi le travail de la vie scolaire pour la gestion des élèves dans les couloirs.

Prolongement pédagogique:
Séquence d'Histoire des Arts autour de l'étude des 5 points fondamentaux de l'architecture moderne de le CORBUSIER.
 Niveau : 3ème. Sujet: PARCOURS de LUMIERE:
Mettre en scène les murs rideaux de l’architecture du collège.Choisir des mouvements de caméra et des angles de vue pour traduire  la dématérialisation de l’architecture (légèreté, transparence) et le parcours de la lumière  dans l’édifice. Filmer / photographier :
-         les transparences et les reflets des murs rideaux (ATTENTION: le visage ou le corps du figurant ne doit jamais apparaître dans  sa totalité).
-         le parcours du regard et du corps du spectateur le long des ouvertures.
-         la diffusion de la lumière et des ombres sur l’architecture (panoramiques, travelings, etc.).


































Regard furtif sur une silhouette de lumière

Surcadrage guillotine.


La tête dans le ciel
La tête dans le brouillard










































Références:
Jean NOUVEL, Fondation Cartier, 1994, Paris

Lee FRIEDLANDER, New York City, 2011. Série des vitrines.



Animal en voie de disparition



Niveau : 6ème
Consignes disparition :

Décalquer un animal disparu ou en voie de disparition.
Utiliser, au choix une ou deux des procédures suivantes:
-          Recouvrement (ex: glacis, calque, collage, etc.)
-          Effacement (ex: gommage, lavis, frottage, etc.)

Évaluation par compétences :
- je sais décalquer:
Représenter par le dessin, par la peinture, des objets observés, mémorisés ou imaginés.
- je choisis une procédure et je la maîtrise pour faire disparaître la figure:
Expérimenter (tâtonner, utiliser le hasard) et choisir.
Exploiter les qualités fonctionnelles et expressives des outils, des matériaux et des supports variés.






























                                   Consignes animal éphémère :

Décalquer un animal en voie de disparition.

Reproduire le dessin de l’animal en le recouvrant de matériaux éphémères (ex: végétaux),

et/ou d’objets usés (ex: jouets cassés).

Créer un fond coloré (dégradé et/ou collage)



Critères animal éphémère :

Décalquer un animal en voie de disparition / 6 points (Ca1).
Reproduire l’animal avec des matériaux éphémères ou des objets usés / 10 points (Ca2).
Colorier le fond/ 4 points (Ca4). 













































Les travaux des élèves ont été exposés devant le CDI, avec l'aimable assistance de Mme Misiura, documentaliste, pour illustrer les exposés réalisés par les élèves, avec Mme aimée, professeur de Sciences de la Vie et de la terre.